Code de déontologie

ARTICLE 1

Tout détenteur du titre de Sophrologue, délivré par la Fédération Européenne de Sophrologie depuis moins de 5 ans ou régulièrement recyclé, peut exercer la Sophrologie Dynamique® dans le cadre strict de ses compétences humaines et professionnelles, de manière responsable, autonome et authentique. En effet, la formation initiale ne saurait tenir lieu de compétence acquise pour la vie, mais il convient de s’inscrire dans un processus d’actualisation de ses connaissances au minimum tous les 5 ans.

ARTICLE 2

Le champ de compétences du Sophrologue est celui du développement de la tonicité de la conscience humaine, par la prise de conscience de ses manifestations corporelles, émotionnelles et intuitives, privilégiant la mise en valeur du positif. Il permet, par sa propre attitude, dans une relation chaleureuse, empathique, euristique et coopérative, à la personne rencontrée de prendre conscience de ses potentialités pour qu’elle les transforme elle-même en capacités.

ARTICLE 3

Délaissant toute attitude de pouvoir sur l’autre, le Sophrologue pratique en même temps que les personnes qu’il entraîne et s’implique personnellement dans la pratique décidée en accord avec la ou les personnes rencontrées. Respectant l’éthique de la Fédération (Responsabilité, Autonomie, Authenticité), il n’utilise en aucune manière à son profit les phénomènes de transfert et de projections.

ARTICLE 4

Le Sophrologue respectera la chronologie « présent – futur – passé ». Dans sa pratique, tant personnelle qu’en animation, il n’abordera le passé que lorsque les séquences corporelles puis émotionnelles, (comportant la prise de conscience, l’activation, la désactivation et l’ajustement des manifestations) auront été suffisamment pratiquées et maitrisées par l’apprenant.

ARTICLE 5

Le Sophrologue se gardera de toute interprétation des phénomènes vécus par l’autre, notamment au cours du dialogue consécutif à la séance laissant à l’autre le bénéfice de sa propre maturation.

ARTICLE 6

Le Sophrologue s’interdit toute utilisation du nom de Sophrologie Dynamique® pour désigner d’autres pratiques de relaxation, d’hypnose, de méditations orientales ou de thérapies comportementales ou de confort, à plus forte raison pour les pratiquer avec d’autres sous couvert de Sophrologie Dynamique®.

ARTICLE 7

Il respecte les principes de déontologie de sa propre profession, ne fait aucun diagnostic de pathologie, ni de prescription d’ordre médical s’il n’est lui-même médecin. Il respecte les prescriptions et/ou indications établies éventuellement par les médecins et les pratiques des autres acteurs de santé avec lesquels il collabore.

ARTICLE 8

Un annuaire de référence des Sophrologues, est tenu à jour par le secrétariat de la Fédération. Nul ne peut prétendre exercer au titre de Sophrologue sur recommandation de la Fédération s’il n’est pas inscrit sur cet annuaire. Nul ne peut être maintenu sur l’annuaire de référence :

  • S’il n’est pas à jour de sa cotisation
  • S’il n’est pas recyclé depuis 5 ans
  • Si son message publicitaire porte à confusion
  • S’il a fait l’objet de plainte(s) estimée(s) justifiée(s) par la Fédération

ARTICLE 9

Le Sophrologue s’estime à son niveau, responsable de la diffusion correcte de sa discipline et de sa promotion dans les milieux les plus divers. Il prendra un soin particulier à éviter dans sa communication (brochures, sites Internet, explications données,…) toute confusion entre la Sophrologie Dynamique® et toute autre pratique de relaxation, d’hypnose, de méditation, de thérapie comportementale ou de confort. De plus, il évitera absolument tout amalgame entre la Sophrologie Dynamique® et des pratiques basées sur des principes fondamentalement différents, en particulier dans le cadre de la relation d’aide.

ARTICLE 10

Le Sophrologue peut solliciter l’aide de la Fédération pour :

  • Résoudre tout problème de mise en pratique ou d’interprétation de ce code
  • Organiser des journées spécifiques, des conférences et l’organisation d’activités nouvelles